L'ARMISTICE DE 1918

LE CENTENAIRE EN 5 EPISODES ET 1 EPILOGUE

EPISODE 1 -

1918 DECOUVRIR LE CENTENAIRE 2018

Appelée Grande Guerre, la guerre de 1914-1918 marque un tournant dans l'histoire de l'humanité. Le bilan est lourd : 15 à 20 millions de morts. Jamais une guerre n'avait fait tant de victimes en si peu de temps. En hommage aux soldats, des milliers de monuments aux morts sont édifiés dans les villes et les villages. Après l'enfer vécu, cette guerre ne peut être que la « der des der ». Tous rêvent de paix durable. Le 28 juin 1919, après 8 mois de négociations, le traité de Versailles met fin à la Première Guerre mondiale. Ce traité de paix redessine la carte de l'Europe. L'Allemagne, désignée comme responsable, doit payer les dégâts causés par la guerre. La Société des Nations voit le jour pour veiller à la paix dans le monde. En 1946, elle deviendra l'ONU.

 

LE CENTENAIRE DE TOUS LES FRANCAIS

100 ans après, qu’ont à nous dire les millions de morts, de blessés, de soldats, de femmes, d’enfants, de familles qui ont enduré la Première Guerre mondiale dans le monde entier ? Quel sens donné à ce traumatisme mondial dans le monde d’aujourd’hui ? Que transmettre à nos enfants ? A quoi cela sert-il de se souvenir ?

11 novembre : anniversaire de l'armistice de 1918 et hommage à tous les morts pour la France

 

Le 11 novembre célèbre à la fois l'Armistice du 11 novembre 1918, la Commémoration de la Victoire et de la Paix et l'Hommage à tous les morts pour la France. Pour commémorer l'anniversaire de l'armistice de 1918, la journée du 11 novembre fut instituée par la loi du 24 octobre 1922 "journée nationale pour la commémoration de la Victoire et de la paix". La loi du 28 février 2012 élargit la portée à l'ensemble des morts pour la France. C'est donc la reconnaissance du pays tout entier à l'égard de l'ensemble des Morts pour la France tombés pendant et depuis la Grande Guerre qui s'exprime aujourd'hui, particulièrement envers les derniers d'entre eux, notamment en opérations extérieures.Armistice1

La commémoration de l'armistice du 11 novembre est l'une des journées nationales instituées par des textes législatifs et réglementaires. Jour d'hommage et de recueillement, elle donne lieu chaque année à des cérémonies commémoratives devant les monuments aux morts des communes de France.

Signé le 11 novembre 1918 près de Rethondes, l'armistice mit un terme à la Première Guerre mondiale qui fit plus d'un million de morts et presque six fois plus de blessés et de mutilés parmi les troupes françaises. Malgré l’étendue des destructions, le soulagement fut immense et la joie s’empara de chaque commune. Le 11 novembre 1920, la dépouille d'un Soldat Inconnu fut inhumée sous l’Arc de Triomphe à Paris où la flamme est ravivée tous les soirs par le Comité de la flamme et des représentants d’associations.

A suivre bientôt l'épisode 2...

 

EPISODE 2 -

PATRIMOINE COMMÉMORATIF DE LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE

 

A l’heure où s’ouvrent les célébrations du centenaire de la Grande Guerre, le patrimoine commémoratif en demeure la trace la plus visible en Normandie.

Son étude est l’occasion de mieux comprendre l’expérience que fut cette guerre totale pour les 39 millions de Français de l’époque. Véritable passeur de mémoire, le patrimoine commémoratif nous renseigne à la fois sur les grandes étapes du conflit, sur les cultures politiques ou religieuses locales, sur la sensibilité locale et la volonté de mémoire.

 

LES MONUMENTS AUX MORTS

Elevés pour rendre hommage à tous ceux morts pour la France, ils sont aujourd’hui des éléments familiers du paysage français. En Normandie comme partout en France, la presque totalité des communes en ont érigé un entre 1919 et 1939. S’ils se distinguent rarement par leur originalité ou leur esthétique (le contexte de leur réalisation ne s’y prêtait guère), ils n’en constituent pas moins de remarquables témoins de l’histoire des mentalités de l’époque.

127100023

LES VITRAUX DU SOUVENIR

 

Installées dans les églises pour honorer les morts de la paroisse, les verrières apparaissent beaucoup plus rares dans notre région. Cette forme toute particulière d’art commémoratif tient sa spécificité de son caractère religieux, et de l’incursion du culte du souvenir dans l’art sacré du vitrail.

La Grande Guerre en Normandie

 

Pendant la Première Guerre mondiale, la Normandie se situe en retrait des zones de combat mais on peut entendre certains jours les canons du front de la Somme tonner. Placée immédiatement en retrait, la région sert aux Alliés de base logistique. La guerre dynamise des secteurs économiques comme la sidérurgie, le textile et le trafic portuaire. Elle amène dans la région des réfugiés du nord de la France et de Belgique. Certains resteront à l’issue du conflit. Mais ces arrivées ne compenseront pas les lourdes pertes humaines sur le front.

 

 

 

A suivre bientôt l'épisode 3...

Article goupillé par JM Bonay Di Gianantonio
D'après les sources d'informations de la Mission du Centenaire.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : mardi, 16 Octobre 2018